REGARD: LE TRIUMVIRAT (Par Almamy Abdoul Demba TALL)

De façon trés surprenante, il marqua pourtant lui aussi, en 1976; la conscience collective des sénégalais.

En juste 2 semaines; tout le Sénégal accourut aux pieds de ce frêle jeune homme de 29 ans alors.
Son minuscule village de Keur-Ambo, dans le Saloum, devint l’épicentre d’une explosive fièvre du gain; d’une course nationale au miracle jamais vue.
Des petits besogneux aux riches commerçants, des prospères notables aux ambitieux politiciens.
Tous, venus s’entasser dans l’interminable file devant sa case.

Quelle est donc la meilleure de toutes, comme celle qui a pu réunir tout ce beau monde dans ce petit village sénégalais?

Celle des selfs-gourous, des « voyantes », des talismans-miracle, ou les autres; comme celle dite: « la Pyramide?
Juste ce prétendu « modèle d’entreprenariat »; lorsque « l’organisateur » recrute les participants avec une ferme promesse de payement; si la victime apporte d’autres clients a la lotterie.

La plus connue de toutes, ne reste t-elle pas cependant le fameux « Ponzi-Schéma »: lorsque l’arnaqueur paye ses premiers investisseurs avec juste les cotisations des nouveaux-venus?
Une variante du « Matrix-schéma »; qui promet lui; de faire gagner une voiture plus tard, par exemple, contre un achat de participation d’un insignifiant article, aujourd’hui.

N’ya t-il pas aussi le très audacieux « Salting »: lorsque le truand fait croire à de riches gisements; juste en éparpillant de fausses pierres précieuses dans les décombres d’une ancienne mine.
Le coup tient toujours; puisque des naïfs « investissent » toujours dans de tels « filons ».

Ainsi, courent toujours de similaires tricheries; juste pour tordre le cou à tout imprudent pigeon.

Ainsi sortit du bois; il y’a 42 ans, presque jour pour jour; un obscur Abdou Touré.
Lui, dont la froide exécution d’une cruelle escroquerie de milliers de contributeurs, à l’échelle nationale, lui permit d’empocher la vertigineuse cagnotte de 300 Millions Cfa…d’alors.

La maestria d’un tel coup de maître fit que toute la sous-région le baptisa alors: « Abdou-Khaliss ».
Celui que « Dieu envoya aux sénégalais; pour doubler leurs biens et les soulager de la sécheresse »; claironnaient ses centaines de rabatteurs.
Et on le crut. Pourtant, il donnait juste aux premiers venus en attente sous les arbres, ce que lui remettaient les derniers venus.

Toutefois, chacun sait que les escroqueries ne sont pas toujours…à propos d’argent, simplement.

La plus intriguante de toutes; lorsque le roublard commet lui même un forfait, pour revenir le réparer; afin de se faire porter en héros?
Un genre particulier ce coup fourré en effet; le « coup du Jésus » on le designe encore.
Celui qui le commet, est même capable de mettre le feu à une maison, pour se présenter en « Sauveur » ensuite. Le « héros », qui maitrisa le feu, avant l’irréparable; pour récolter tout le prestige et autres.

Il reste d’ailleurs le coup favori de cette classe particuliere de citoyens: les politiques, ou les véreux parmi eux?

Pourtant, toutes ces incalculables arnaques, s’écroulent toujours, comme des châteaux de cartes; pour peu qu’intervient un seul magique ingrédient dans leur jeu.

Les Américains se distinguent par une bizarre tradition dans leur sport national dit « Foot-ball ».
Le seul au monde, dans lequel; le juge central vient toujours devant le public, et à haute voix; expliquer son jugement; chaque fois qu’il siffle un pénalty.

N’assure t-on pas une garantie absolue de fair-play, de transparence et de paisible confrontation; chaque fois qu’il en est ainsi?
L’ingrédient serait donc le Contrôle expliqué?

Aujourd’hui, un vrai « Abdou-Khaliss » ne nargue t-il pas les Sénégalais, toute honte bue, après son abomination du plus ignoble faussaire connu de l’Histoire du pays, même après qu’on l’ait pris, directement, la main dans le sac?
Et les « bâtisseurs » de dortoirs d’étudiants pour 9 fois leur coût normal, ou ceux d’un nouvel aéroport symbole de prédation, et ceux de non-prioritaires autoroutes…?
Énormes gâchis; juste par la seule faute de la léthargie du Triumvirat de contrôleurs?

Les dandis éméchés, criminels à col blanc du « Systéme », n’auraient t-ils pas vite ravalé leur morgue devant les caméras d’une Presse, qui jamais ne se fit aussi complaisante; si l’arbitrage, que devait assurer ce « Triumvirat »; cette « Troïka »: d’un gouvernement patriote, d’une Assemblée de braves et d’un digne appareil Judiciaire, n’avait pas tourné casaque; pour se faire complice du « Parrain »; dans d’occultes back-channels de connivence ?

La totale faillite de l’arbitrage du Triumvirat; la seule cause de l’asphyxie proche de la rebuffade populaire des sénégalais sous peu?
Leur trés probable uprising, après Mars prochain; que des mercenaires essayent de neutraliser par un barrage d’attaques mensongères contre toute nouvelle voix de patriote, et toute nouvelle voie de salut.

Surtout, qu’après cette totale extermination de toute forme de controle d’État, et par la domestication de la Troika des sentinelles; qui ne voit donc pas ces signes de fin de régne; lorsque ce prefet tremble; juste pour mesurer sa popularité par de vrais sondages; pour se cacher du hideux visage de son « Sall-régime »?

N’envoya t-il pas l’insignifiant gérant du Parti-Socialiste venir beugler, cette semaine aussi; que son nouveau « dieu » allait passer par 60% des voix?
Lorsque, toujours cette semaine, ce dirigeant mobilisa toute la flicaille; pour simplement ne pas se faire canarder par les étudiants, ne rappelait t-il pas les corteges de Mobutu ou Ben-Ali?

Par la résurrection donc du « Triumvirat », qui agonise aujourd’hui sous la botte de ce tyran; le Sénégal de retrouver enfin sa « gravitas »; son honneur, dans 21 semaines seulement maintenant?

L’urgente réssurection d’un Triumvirat de patriotes; pilotant un État juste, ne reléve t-elle plus, que d’une question de vie ou de mort pour ce peuple?

« La tyrannie est souvent plus funeste aux souverains qu’aux peuples. »: FÉNELON-1720

« Warriors for liberty; don’t let your different methods overshadow your common purpose. »: Harriet TUBMAN-Abolitionnist-1880.

Almamy Abdoul Demba TALL

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :