La lettre ardente de Moussa Taye au président du CNRA

« Monsieur le président,
La présidence d’une Institution comme le CNRA exige de la neutralité, de l’impartialité et de l’indépendance. » C’est ainsi que Moussa Taye commence sa correspondance adressée à Babacar Diagne, le président du Comité National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA). Récemment nommé par Macky Sall à la tête de cette institution qui n’est pas à l’ombre de multiples critiques surtout de la part de l’opposition, le coordonnateur de « Taxawou Dakar » lui rappelle ses devoirs mais aussi ses limites.

« La RTS est par essence un media public. Elle assure, pour ainsi dire, une mission de service public. Mais, cette télévision publique s’est mise exclusivement au service d’un homme (Macky SALL), de son parti (l’APR), et de la coalition politique qu’il dirige (BBY). »

Une lettre de trois pages pas tendre pour le CNRA qui jouera un rôle décisif lors de la présidentielle de 2019 et dont l’auteur de cette missive est bien conscient. Le problème, pour Moussa Taye, se trouve au sommet et s’appelle Babacar Diagne.

« Loin de moi l’idée de jeter l’opprobre ou le discrédit sur votre personne mais je dois à la vérité de dire que votre nomination ne participe pas à rassurer les acteurs politiques surtout ceux de l’opposition au regard de vos états de service et de vos antécédents sous les régimes précédents. »

La situation de la RTS, la relance des émissions contradictoires, l’interdiction de la publicité politique…Moussa Taye lève le voile sur les mauvaises traditions de la chaine publique. Une lettre dont le destinataire doit recevoir avec des gans pour ne pas consumer les tâches déjà effectuées par le CNRA.

P.A.S

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :